Le musée sur l’histoire de la France et de l’Algérie. Les leçons de l’abandon du projet

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le lundi 16 novembre 2015

Jean-Robert Henry, CNRS Aix en Provence

De nombreux travaux scientifiques ont été publiés sur l’histoire des rapports entre la France et le Maghreb. Mais peu d’initiatives ont entrepris de synthétiser ces savoirs pour les rendre accessibles à un large public, notamment scolaire.

Le projet de Musée de l’Histoire de la France et de l’Algérie (MHFA) à Montpellier avait précisément pour objet d’instaurer une passerelle entre les recherches universitaires les plus récentes et le grand public. Réorientant un projet tourné initialement vers les attentes mémorielles des Français d’Algérie, il avait réussi à mobiliser plusieurs dizaines de chercheurs français et algériens pour tenter de proposer un parcours commun dans l’histoire des rapports entre les deux pays et les deux sociétés. Il s’agissait moins de confronter des mémoires antagonistes que de proposer aux porteurs de celles-ci le détour par un devoir d’histoire. Cette équipe avait aussi préparé des expositions temporaires qui étaient appelées à circuler de part et d’autre de la Méditerranée.

Mais en juin 2014, à quelques mois de l’ouverture du musée, le nouveau maire de Montpellier a décidé brutalement et sans concertation d’arrêter le projet, sous la pression notamment des associations algérianistes. Quelles qu’en soient les véritables raisons, une telle décision témoigne de la difficulté persistante – à l’échelle politique locale en particulier – à assumer l’histoire croisée de la France et du Maghreb. En même temps, les nombreuses réactions suscitées par l’abandon du projet au sein des institutions universitaires et culturelles et dans l’opinion ont aussi permis de vérifier l’intérêt et la légitimité de la démarche qui avait été entreprise.

Jean-Robert Henry a étudié et enseigné à Alger De 1963 à 1977, avant de poursuivre sa carrière au CNRS, à Aix en Provence. Commissaire en 2003 d’une exposition sur L’Algérie et la France, qui a circulé entre les deux pays à l’occasion de L’Année de L’Algérie en France, il a été sollicité en 2012 pour présider le Comité scientifique du projet de musée de Montpellier. C’est à partir de son expérience qu’il propose une réflexion sur les circonstances et les leçons de l’abandon de cet ambitieux projet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *