Faire des sciences humaines et sociales dans le Liban en guerre (1975-1990)

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le dimanche 8 novembre 2015

Un métier dans la tourmente, des savoirs en conflit

Candice Raymond, IREMAM, Aix-en-Provence

Haut lieu d’enseignement universitaire depuis la fin du XIXe siècle, refuge des intellectuels arabes dissidents et moteur de l’industrie régionale de l’édition, la Beyrouth d’avant-guerre civile a été célébrée comme l’une des capitales culturelles du monde arabe de l’époque. Les années soixante sont dès lors remémorées par plusieurs générations de Libanais comme un véritable âge d’or culturel, qui aurait brutalement pris fin en 1975 lorsque la guerre civile éclata. A rebours de cette représentation commune, le déclenchement de la guerre n’a pourtant pas entraîné un effondrement subit de la scène intellectuelle beyrouthine. Bien au contraire, une nouvelle vague de maisons d’édition, de revues intellectuelles et d’institutions culturelles et de recherche ont en fait émergé après 1975. Certains chercheurs libanais conservent d’ailleurs de cette période une mémoire paradoxale, soulignant la vitalité de leurs disciplines, l’exaltation suscitée alors par les joutes intellectuelles, tout en en dénigrant les produits comme autant d’expressions insouciantes d’une culture du conflit. D’autres se souviennent plus volontiers de la seconde partie de la guerre, après l’invasion israélienne de 1982, et des conditions profondément dégradées dans lesquelles ils tentèrent obstinément de continuer à « faire leur travail », avec une conscience aiguë de leur responsabilité intellectuelle dans la Cité déchirée et meurtrie.

Tout au long de la guerre, suivant des phases de dynamisme et de reflux, Beyrouth est donc restée un espace de création intellectuelle et de débat, aussi bien qu’un lieu de travail scientifique et de production de savoirs. Quels furent dès lors les effets de ce contexte sur les universitaires libanais et sur les conditions d’exercice de leur métier ? Sur les disciplines qu’ils mobilisaient, les savoirs qu’ils élaboraient ? En d’autres termes, comment la production libanaise en sciences sociales a-t-elle été affectée par la guerre advenue entre 1975 et 1990 ? En s’interrogeant sur ce que la guerre et le conflit font aux sciences sociales, cette réflexion entend plus largement contribuer à une compréhension renouvelée des dynamiques affectant les champs de savoir dans le monde arabe contemporain, où la prégnance du phénomène guerrier s’impose comme une donnée majeure de toute histoire politique, sociale et culturelle.

Candice Raymond est historienne, actuellement chercheuse post-doctorale à l’Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM, Aix-en-Provence) et chercheuse associée à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO, Beyrouth). En 2013, elle a soutenu à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales une thèse de doctorat intitulée Réécrire l’histoire au Liban. Une génération d’historiens face à la période ottomane, de la fin des années 1960 à nos jours. Ses travaux, à la croisée entre histoire intellectuelle et histoire des savoirs, s’inscrivent dans trois principaux champs de recherche : les historiographies arabes contemporaines, la socio-histoire des sciences sociales, et l’histoire sociale et culturelle de la guerre. Auteur de plusieurs articles et chapitres d’ouvrages collectifs, elle a co-dirigé deux dossiers thématiques de revue consacrés, pour l’un, aux « Pratiques d’archive. Fabrique, modelage, manipulations » (n°36 de la revue Ateliers d’anthropologie, 2012), et pour l’autre, aux « Ecritures historiennes du Maghreb et du Machreq » (numéro hors-série de la revue Naqd, 2014).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *