La leçon de Le Corbusier à Alger : L’Aéro-habitat (1950-1959)

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le lundi 2 novembre 2015

Interprétations par l’architecte Louis Miquel

Nabila Stambouli-Benkhaled, EPAU-Alger

« Rien n’est transmissible que la pensée, noblesse du fruit du travail. Cette pensée peut ou non devenir une victoire sur le destin au-delà de la mort et peut-être prendre une autre dimension imprévisible[1]».

En s’adressant ainsi à sa postérité, Le Corbusier tenait à lui rappeler que toute activité se termine par la mort, alors que seule la pensée est communicable. Bien que n’ayant réalisé aucun de ses projets en Algérie, Le Corbusier a eu une grande influence

sur des architectes qui ont participé à l’édification des villes algériennes et l’écho de sa pensée et de son œuvre s’est manifesté en Algérie dans un mouvement appelé l’«école corbuséenne d’Alger ». Ces architectes se sont principalement intéressés au domaine de l’habitat collectif en tentant d’y apporter de nouvelles solutions qui se voulaient plus pertinentes par rapport au contexte Algérien. Parmi ces architectes, Louis Miquel en est sans doute le personnage le plus remarquable. Auteur de l’Aéro-habitat en collaboration avec P. Bourlier et J. Ferrer-Laloë, A. Allingry et M. Gut, cet architecte va, dans cette construction, mettre en pratique les leçons apprises lors de ses différentes collaborations avec Le Corbusier. Comment la leçon d’architecture et d’urbanisme de Le Corbusier a-t-elle été interprétée puis réinterprétée par l’architecte Louis Miquel lors du projet de l’Aéro-habitat ? Quelles sont les principales filiations de l’œuvre de l’Aéro-habitat avec le modèle corbuséen ? Quelles sont les éléments d’émancipation doctrinale d’ordre

techniques ou stylistiques apportés par Louis Miquel dans cette construction? Existent-t-ils, dans cette œuvre construite des spécificités liées au contexte politique, social, culturel ou bien économique de l’Algérie pendant cette période ? L’objectif principal de ce travail est donc d’essayer de replacer l’œuvre architecturale et urbaine de l’Aéro-habitat dans l’histoire de l’architecture et ce, à travers l’adoption d’une approche comparative de cet ensemble d’habitat collectif avec les modèles corbuséens dont l’architecte affirme s’être inspiré.

Nabila STAMBOULI-BENKHALED est architecte diplômée de l’école Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme et enseignante chargée de cours du module de Dessin Codifié d’Architecture au sein de cette même école (Epau). Elle a soutenu en mai 2015 son diplôme de magister en « Patrimoines architectural et urbain» sur le sujet de «L’école Corbuséenne d’Alger : L’œuvre de l’architecte Louis Miquel dans les ensembles d’habitat collectif à Alger, cas de l’Aéro-habit

at et de la cité Henri Sellier» encadré par Mme Nabila Chérif. Très active dans le domaine de la recherche scientifique, elle a eu l’occasion de présenter plusieurs conférences parmi lesquelles une conférence intitulée : « L’école Corbuséenne d’Alger, entre émancipation doctrinale et référence au maitre » aux 5èmes rencontres internationales du Patrimoine Architectural Méditerranéen (RIPAM 5) tenues à Marseille en 2013. Elle a aussi publié un article intitulé « L’Aéro-habitat, avatar d’un monument classé ? » en juin 2014 dans la revue « Livraison d’histoire d’architecture ». Elle a aussi participé à de nombreuses manifestations internationales telles que le programme européen EUROMED Mutuel Héritage en 2012 et à la 28ème session des ateliers internationaux de maîtrise d’œuvres urbaine en 2010. En parallèle à sa vie d’enseignante-chercheuse, l’auteur de la conférence est co-gérante du bureau d’étude B.H.N Archiwork avec l’architecte agrée Hemza BENKHALED.

_________________________________________

[1] Le Corbusier (1966), p.61


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *