ÉLÉMENTS POUR UN ART NOUVEAU, Mohamed Khadda

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mardi 6 octobre 2015

Présentation des écrits de l’artiste par Naget Khadda

« Les deux livrets (Éléments pour un art nouveau, 1972 et Feuillets épars liés, 1983) sont aujourd’hui introuvables en librairie, quoique toujours cités dans la presse. Les autres textes sont disséminés dans des publications diverses et, de ce. fait, difficiles d’ accès. Il m’a donc paru nécessaire de rassembler et de remettre en circulation ces essais [Eléments pour un art nouveau suivi de Feuillets épars liés et inédits, [ barzakh ], Alger, 2015] qui, désormais font partie du corpus de documents portant sur l’activité culturelle initiée au moment de l’accession de l’Algérie à l’Indépendance. Les artistes et intellectuels algériens étaient alors fort peu nombreux, mais ils étaient très motivés et, pour la plupart d’entre eux, éminemment présents dans le débat sociétal et politique. Entre enthousiasme, volontarisme et esprit critique teinté parfois de scepticisme, voire de négativisme, le champ médiatique et l’espace des manifestations culturelles bruissaient du débat d’idées qu’ artistes, intellectuels, militants politiques, journalistes, syndicalistes et simples citoyens alimentaient de leurs aspirations, de leurs visions, de leurs craintes et de leurs préconisations. La culture était bien, à leurs yeux, un enjeu majeur du procès d’édification nationale. […]

Dans ce panorama où chaque peintre a joué sa partition propre, Khadda a occupé une place singulière. Connu et reconnu en tant qu’ artiste-peintre, il jouissait aussi d’une audience particulière en raison des idées qu’il défendait, mais aussi du fait des liens qu’il entretenait avec des artistes d’autres disciplines (cinéastes, dramaturges, musiciens et autres poètes … ), dialoguant sur leurs œuvres, produisant une affiche pour tel film, un décor pour telle pièce de théâtre etc. Par ces échanges interdisciplinaires, tout en nourrissant sa quête picturale, Khadda approfondissait sa réflexion générale sur le concept même de culture nationale. Réflexion dont son œuvre porte l’impact, dont ses écrits se font l’écho, sa recherche esthétique se précisant progressivement dans sa coalescence avec sa conception générale de la culture. Une culture qu’il projetait comme démocratique et populaire, à la fois adossée à une tradition séculaire, irriguée par les multiples influences de ses fluctuations historiques et inscrite dans une modernité ouverte sur le reste du monde. […]

Les écrits de Khadda ont aussi la faculté de nous mettre en relation avec son univers par un biais autre que la peinture. Il avait à l’écriture un rapport très particulier : à la fois celui du militant soucieux d’efficacité et celui de l’esthète qui soigné ses phrases et caresse les mots comme un poète (qu’il était. aussi à ses heures perdues). Son expression d’essayiste, à la fois spontanée et métaphorique, était habitée par la même conscience de la polysémie et de l’ambiguïté du sens que ses toiles ou que les rares poèmes qu’il s’est abandonné à écrire. Car il appartient à cette catégorie de peintres chez qui l’inspiration viscérale a indéniablement intégré une maturation intellectuelle du geste de peindre. En somme, la tête et le corps s’associent pour donner une expression à la fois spontanée, sensuelle et très élaborée. Cette alliance du pulsionnel et du cérébral qui préside au travail pictural de Khadda s’affiche aussi dans son travail scriptural ; ce qui justifie aussi cette publication, s’il lui fallait un quelconque alibi. Je souhaiterais également que cette livraison constitue, de surcroît, un témoignage sur les débats politico-intellectuels de l’époque, qu’elle soit l’occasion de revisiter le climat intellectuel et citoyen qui a prévalu dans la société à l’aube de l’indépendance, quand la plupart des intellectuels considéraient, nous l’avons dit, de leur devoir d’apporter leur obole à un projet de société en train de se construire. » [Extrait de la préface d’Eléments pour un art nouveau suivi de Feuillets épars liés et Inédits, [ barzakh ], Alger, 2015]

Mohamed Khadda est né en 1930 à Mostaganem. Artiste polyvalent (peintre, sculpteur, graveur), il est l’un des principaux représentants des « peintres du signe » et une figure intellectuelle majeure de l’Algérie indépendante.

Naget Khadda est Professeur à l’Université d’Alger, elle a été directrice de l’équipe ADISEM, puis Maître de conférences à l’Université Paul Valéry à Montpellier. Elle est l’auteur entre autres de : Écrivains maghrébins et modernité textuelle, L’honneur de la tribu de Rachid Mmouni et Bachir Hadj-Ali, poétique et politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *