Djneïns El-Djezaïr : Géographie, toponymie et typologie des jardins d’Alger

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 1 octobre 2015

Farid Hirèche, Architecte de jardins

L’art des jardins correspond à l’une des formes les plus éphémères de la création humaine. Le jardin, construit avec des éléments périssables ou fragiles, est destiné à se modifier ou à disparaître. Lorsque les traits de son dessin n’ont pas été fixés par des matériaux durables, il est rare qu’il subsiste pendant de bien longues années.

El-Djezâïr, Alger est bâti, face au miroir de la Méditerranée, en grande partie sur le penchant d’une colline escarpée. En présence de cette nature au profil heurté, il a fallu adopter absolument le système en escaliers, superposer les terrasses et imprimer aux jardins un aspect de construction. Conçus dans le goût oriental de l’art des jardins, ces Djneïns d’Alger, d’où la vue s’étend librement jusqu’à la mer, sont fait d’espaces de transition, volontairement discontinus, presque autonomes, partagés entre la sphère privée et la sphère publique.Djenîna / Djneïns, Bahîra, Riyâd / Rawda, Req’a, Tâ biyyat el-Hendî, Bustân, Gulistân, Muniya, ‘Arsa, Agdâl,toutes ces appellations contiennent des indications précises sur la dimension, les formes, la fonction, la situation, la destination des dits espaces…

A travers une lecture critique des récits de voyageurs, écrivains, artistes et poètes, s’appuyant sur les recherches récentes de spécialistes architectes, urbanistes, paysagistes et historiens de l’art musulman, et à travers l’étude d’une dizaine de jardins remarquables dont certains existent toujours, la conférence se veut une synthèse de l’art des jardins ‘‘ottomans’’ d’Alger. Grâce à un fonds documentaire riche et varié, dont certains documents graphiques inédits, Farid Hirèche dévoile l’âme et l’esprit de ces jardins, qualifie leur structure et lignes de construction, caractérise leurs atmosphères et leurs ambiances végétales. Outre cette invitation au voyage dans l’univers des jardins et leur histoire, souligne l’importance de sauvegarder et de valoriser notre patrimoine collectif végétal.

Farid Hirèche est architecte de jardins, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles (France). Il exerce depuis 2011, au sein de son atelier De Pleins & de Vides. Après une carrière dans l’industrie pharmaceutique, le biochimiste a choisi de se consacrer au paysage. il développe l’association Jardin Art & Soin des projets de jardins thérapeutiques. En Suisse, il réhabilite le plan du jardin à la française du château de la Poya. En France, à Chaumont sur Loire, avec le paysagiste Ghanem Laribi, il imagine un jardin éphémère, ‘‘Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé’’, influencé par la forme du bassin du Partal des jardins de l’Alhambra qui évoque l’expérience mystique de l’amour chère aux soufis. A Alger, il collabore notamment à l’extension du jardin Tifariti. Son projet est de renaturaliser les villes algériennes en faisant renaître l’art des jardins arabo-berbères.

جنان الجزائر – Petits paradis d’Alger, Alternatives Urbaines Éditions 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *