La retraduction des sources arabes médiévales en français : Al Idrîsî et Ibn Batouta

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le dimanche 12 avril 2015

Lynda Touchi-Benmansour, CNRPAH – Alger

Les études traductologiques sur corpus bilingues français-arabe sont rares. Plus rares encore sont celles consacrées au phénomène de la retraduction dans ce même contexte bilingue.

Nous nous intéressons particulièrement à la retraduction des sources arabes médiévales sur lesquelles, à notre connaissance, aucune étude comparée n’a encore été menée. Afin de vérifier la validité d’un postulat traductif connu, celui de l’hypothèse de retraduction, nous avons opté pour l’analyse contrastive d’un corpus composé d’extraits de récits choisis parmi deux sources arabes médiévales et leurs (re)traductions françaises: Al.Idrîsî dans Nuzhat El.Mushtâq fi.khtireq el.âfâq et Ibn Batouta dans Tuhfat An.nudhār fi Gharāib al.Amşār wa ‘Ajāib al.Asfār.

Lynda Touchi-Benmansour est attachée de recherche en traductologie au CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques) à Alger. Traductrice spécialisée en préhistoire et anthropologie socio- culturelle du Maghreb et du Sahara, elle est l’auteure de plusieurs publications dont La poésie orale des rites festifs : du tamahaq à l’arabe et au français (Editions Universitaires Européennes, 2010), et la traduction vers l’arabe des tomes XXXII et XXXIV de la revue internationale Libyca (1984-1986). Elle est aussi l’auteure de nombreuses traductions dans le cadre des projets Euromed et « Des femmes écrivent l’Afrique ». Actuellement doctorante en traductologie à l’Université d’Alger, elle s’intéresse aux (re)traductions françaises de certaines sources arabes médiévales. Parmi ses dernières publications : « La note du traducteur dans les retraductions du Coran », in RIELMA, n° 5, 2012, pp.328-343 ; « La traduction poétique entre naturalisation et exotisation », in RIELMA, n° 6, 2013, pp. 81-93 ; « Les flux de traduction entre les deux rives de la Méditerranée », in TRANSLATIONES, n°5, 2013, p.92-104.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *