L’art de la décolonisation : la bataille pour la restitution des œuvres d’art du Musée des Beaux-Arts d’Alger, 1962-1970

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le mardi 31 mars 2015

Andrew Bellisari, Harvard University – Etats-Unis

Mai 1962, deux mois avant le référendum d’autodétermination : les administrateurs français du Musée des Beaux-Arts d’Alger commandent le transfert, sous escorte militaire, de près de 300 œuvres d’art vers la métropole à destination du Musée du Louvre.

Parmi ces toiles, des chefs-d’œuvre de la peinture française : Monet, Renoir, Pissarro, Degas, Delacroix. Cependant cette collection n’appartient plus à la France. En effet, au terme des accords d’Evian, la collection rapatriée en France est devenue la propriété officielle du futur Etat algérien et le nouveau gouvernement indépendant entend la recouvrer. Le sort de l’art « français » appartenant à l’Algérie sera l’objet d’âpres négociations pendant près d’une décennie avant que la France ne restitue la presque totalité des œuvres au Musée des Beaux-Arts d’Alger où elles constituent aujourd’hui l’une des plus grandes collections d’art européen du continent africain.

Cette communication examine non seulement la décision française d’agir en contravention des accords d’Evian, mais aussi la complexité culturelle du phénomène de la décolonisation dont les négociations menées entre la France et l’Algérie pour la restitution des œuvres d’art au Musée des Beaux-Arts d’Alger sont un bon exemple. Qu’est-ce qui est en jeu lorsque des œuvres d’art signées par quelques-uns des plus célèbres artistes français deviennent la propriété culturelle d’une ancienne colonie ? En outre, quels sont les enjeux liés au désir d’une ancienne colonie de revendiquer des œuvres d’art symboliques de l’ancien colonisateur comme élément précieux du patrimoine culturel de la patrie postcoloniale ? Les négociations menées dans le but de rapatrier l’art français en Algérie mettent en exergue les refontes culturelles précipitées par le processus délicat de la décolonisation. Elles viennent également questionner les connexions qui subsistent au « dés enchevêtrement » colonial, connexions qui ne sont pas si aisément reconnues dans le récit traditionnel de la « fin de l’empire ».

Andrew Bellisari est doctorant en histoire à Harvard University aux Etats-Unis. Il mène actuellement des recherches en France et en Algérie pour son travail de thèse : Colonial Remainders: Algeria, France, and the Culture of Decolonization, 1958-1970 (« Vestiges coloniaux : l’Algérie, la France, et la culture de la décolonisation, 1958-1970 »). En étudiant la période qui chevauche les dernières années de la lutte algérienne contre l’occupation française et la deuxième décennie de l’Algérie indépendante, son projet tente d’examiner la manière dont la décolonisation fut vécue sur le terrain par les acteurs locaux et interroge le devenir des liens coloniaux complexes qui ont perduré après la fin de l’occupation coloniale. Ce projet se focalise sur les négociations et les échanges entre Algériens et Français, la plupart du temps informels, au sujet du patrimoine et des questions de propriété, ainsi que sur la nature des réseaux interpersonnels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *