L’œuvre de Yamina Mechakra : Réflexions sur une « non-traduction » littéraire

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 6 novembre 2014

Jill M. Jarvis, Princeton University

À travers une lecture attentive de l’œuvre brève et éclatante de Yamina Mechakra, cette conférence s’interroge sur la « non-traduction » et la « non-diffusion » des textes littéraires algériens.

Cette non-traduction limite leur dissémination dans les marchés littéraires internationaux et constitue pour les lecteurs transnationaux un obstacle à leur accès. Parmi ses trois textes publiés, deux d’entre eux sont presque introuvables ; qui connaît aujourd’hui Arris ou encore Le réveil du mont ? Qui les a lus ? Malgré l’ardente préface de Kateb Yacine — celle-ci est peut-être mieux connue encore que le roman lui-même, La Grotte Eclatée n’a jamais été publiée ailleurs et reste inconnue hors d’Algérie.

En m’inspirant des théories critiques de ce qu’on appelle, dans l’académie anglophone, la « World Literature », cet exposé fait la lumière sur les raisons de l’absence de diffusion de l’œuvre de Yamina Mechakra. Il réfléchit à la manière dont les qualités esthétiques et formelles de ses textes insistent sur la problématique de l’intraduisibilité, nous aidant à appréhender les raisons pour lesquelles cette œuvre n’a pas encore été traduite hors d’Algérie.

Jill M. Jarvis est doctorante en littérature comparée à Princeton University. Sa thèse explore la politique de la fiction en Algérie postcoloniale. Elle sonde les approches intertextuelles et les affinités esthétiques qui relient les romans et les récits publiés par des écrivains et écrivaines algériens en français et en arabe de la période contemporaine.

Illustration : M’hamed Issiakhem, Les Aveugles, huile sur toile, 162 x 129 cm, Musée national des beaux-arts d’Alger.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *