Les peuples de l’Afrique aux IV-VIIe siècles, à la veille de la conquête arabe

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le samedi 18 octobre 2014

Nacéra Benseddik, Historienne et archéologue – École de conservation du patrimoine – Alger

Qu’est-il advenu, au cours des Ve et VIe siècles, de la culture romano-africaine après une cohabitation mouvementée entre les Maures, les Berbères romanisés et les Byzantins, sachant que Justinien, avant tout un empereur grec, avait envoyé à la reconquête de l’Afrique des orientaux totalement ignorants des réalités africaines ?

Une longue et lente maturation de la conscience identitaire et politique a permis aux Maures d’instaurer dans toute la Tripolitaine intérieure (Libye), le sud-ouest de la Byzacène (Tunisie), l’Aurès et ses marges, un état insurrectionnel à même de renverser la domination byzantine. De véritables royaumes sont nés alors, à la faveur de l’effondrement politique de l’Empire, à la fois fidèles à leur identité tribale et attachés à la romanité et au christianisme, qui unirent Maures et Romains, levèrent des impôts, frappèrent peut-être monnaie. Ces États féodaux berbéro-romains, semblables aux royaumes barbaro-romains francs ou wisigothiques, auraient-ils pu changer le destin de l’Afrique du Nord s’ils avaient duré ? Les chefs maures de Byzacène et de Numidie jouèrent un rôle essentiel dans la défense de l’Afrique byzantine contre les conquérants arabes. En 647, lors du premier raid arabe dans la région de Sbeitla, l’immense armée de l’exarque Grégoire comprenait non seulement des Byzantins mais aussi des Berbères. Plus difficile que celle du Proche-Orient et de l’Égypte, la conquête de l’Afrique byzantine confrontera les Arabes à des Maures jouissant depuis longtemps d’une quasi indépendance politique. Deux personnalités maures ont marqué cette époque : Koceila puis Kahina

Nacéra Benseddik est archéologue, docteur d’État en histoire ancienne et épigraphie. Tout en poursuivant ses recherches sur les inscriptions latines et l’histoire de l’Afrique antique, elle est attentive à la question de la préservation du patrimoine archéologique. Outre plusieurs articles dans des revues et ouvrages spécialisés, elle a publié en 2011 Esculape et Hygie en Afrique, recherches sur les cultes guérisseurs MAIBL, T. 44, puis en 2012 Cirta-Constantine et son territoire eux Editions Errance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *