Bayt al-mâl : Liens de succession et communauté politique à l’époque ottomane

Résumé de la conférence donnée aux Glycines
le jeudi 2 octobre 2014

Isabelle Grangaud, CNRS – IREMAM

Dans les provinces ottomanes du Maghreb, comme dans le reste de l’Empire, les prérogatives du Bayt al-mâl n’étaient pas celles qui dans l’Islam classique, l’associaient au Trésor.

L’historiographie qui, en général, en a noté les restrictions s’est fort peu penchée sur cette institution. Elle s’est surtout cantonnée à une vision mécanique peu attentive aux enjeux de son activité. La dimension fiscale du Bayt al-mâl a été rapportée à la simple capacité d’accaparement de l’État, et sa richesse à un indice de la force de ce dernier. L’attention portée aux activités de ses agents permet d’en saisir des logiques toutes différentes qui placent la capacité ou l’incapacité de transmettre sa succession à sa mort au cœur du dispositif de l’institution.

Cette conférence présente les logiques d’action des agents de cette institution dans le contexte algérois. Ces actions mettent en perspective le rôle de l’institution en tant que protectrice des droits de/à la propriété dans le cadre de la succession post-mortem. Elles montrent qu’en se substituant aux ayants droits inexistants, c’est en héritier que le Bayt al-Mâl recevait non seulement les héritages vacants mais encore payait les dettes et enterrait ceux-là qui étaient privés d’héritier. Enfin, ce sont ces derniers qui dans les termes de l’institution étaient fuqarâ’, pauvres, ou ghurabâ’, étrangers. Cela amène à repenser la dimension des liens, non seulement au fondement des stratifications sociales, mais encore dans la construction des droits d’appartenance à la communauté politique, l’État, que le Bayt al-mâl représentait.

Isabelle Grangaud, chercheure au CNRS et rattachée à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM, Aix-en-Provence) travaille sur l’histoire de l’Algérie à l’époque ottomane. Elle est l’auteure de La ville imprenable. Une histoire de Constantine au XVIIIème siècle (Média Plus, 2004) et, plus récemment, a dirigé La justice et ses écritures. Pratiques d’enregistrement à l’époque ottomane, (dossier de la Revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes, 2012) et, en collaboration avec Alain Messaoudi et M’hamed Oualdi, Besoins d’histoire. Historiographies et régimes d’historicité au Maghreb à l’aune des révolutions arabes,(dossier de l’Année du Maghreb, 2014). Ses derniers travaux ont porté sur un regard croisé entre archives ottomanes et institutions : « Dépossession et disqualification des droits de propriété à Alger dans les années 1830 » (in A. Bouchène, JP Peyroulou, O. Siari Tangour, S. Thénault (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale, 2012) ; « La hawma : les processus de disqualification d’une institution ottomane (Alger, 1830) » (Insaniyat, 2013). Plus largement, sa réflexion a porté sur les conditions de connaissance du passé maghrébin : « Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux des historiens modernistes peuvent apporter » (avec M’hamed Oualdi, L’Année du Maghreb, 2014). Aujourd’hui, elle achève une recherche sur Bayt al-mâl à Alger à l’époque ottomane.

Document iconographique : Ordre de succession d’un bien. Fonds ottoman, série du Bayt al-mâl, ANOM, 15 MI 5.15.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *